Interview Boris Cespedes
Tout en haut.

Interview Boris Cespedes

À 25 ans, Boris Cespedes s’apprête à revêtir un troisième maillot dans sa carrière. Après le grenat avec lequel il est lié depuis ses 6 ans et le bleu carougeois où il aura passé deux saisons en prêt, le vert bolivien l’attend pour affronter le Brésil et l’Argentine. Entre La Paz et Genève, rêves de Coupe du Monde et confinement, entretien avec un vrai enfant du club.

Boris, tu es actuellement à La Paz avec la sélection bolivienne. De quand date ton dernier voyage dans le pays de ton père?

Ça fait un moment. J’avais douze ans la dernière fois que j’y suis allé. J’en ai 25 aujourd’hui, ça fait donc treize ans. On y allait presque toutes les années en vacances à l’époque. Ma famille est de Santa Cruz, la ville la plus peuplée du pays et qui n’est pas en altitude (416m), contrairement à La Paz (3’600m). On passait donc nos vacances là-bas. On a aussi gardé cette ambiance un peu latine à la maison. Le côté sud américain est toujours resté avec les fêtes, la musique, les grillades.

Tu disais dans une interview pour le club en 2018 ne pas être intéressé par la sélection bolivienne. Tu racontais d’ailleurs que toute ta famille et toi étaient tombés malade à cause de l’altitude en allant visiter le stade national, à La Paz. Qu’est-ce qui t’a amené à ce revirement?

Déjà parce que je pense que ça peut être un pas en avant dans ma carrière. Et aussi parce que l’équipe de Suisse est un rêve inaccessible. Mais je ne regrette vraiment pas mon choix, c’est une expérience incroyable. Je m’habitue d’ailleurs bien à l’altitude, mieux que je ne l’aurai pensé. Et puis ça rend fier la famille aussi. Mon père a toujours rêvé de ça.

Est-ce que tu pourrais revenir sur tes 4-5 premiers jours passés avec la Sélection et nous la présenter ?

Je suis resté en isolement les deux premiers jours, dans une chambre de notre hôtel à La Paz, jusqu’au résultat de mon test COVID, comme le veut le protocole. J’ai ensuite pu rejoindre l’équipe lorsqu’on a su que le test était négatif.

C’est vraiment une autre ambiance que ce que j’avais pu connaître en équipe Suisse M19. Il y a toujours de la musique à fond, ça rigole tout le temps. Je connaissais certains joueurs de nom, mais aucun personnellement. Mon intégration se passe super bien.

La star de l’équipe est notre attaquant, Marcelo Moreno Martins. Il joue aujourd’hui au Brésil, à Cruzeiro. Mais il a aussi évolué en Europe (Chakhtar Donetsk, Werder Brême, Wigan) et en Chine. Le seul autre joueur à part moi qui joue en Europe à l’heure actuelle c’est Jaume Cuellar. Il est à la SPAL, en Italie. Sinon il y en a un qui joue au Mexique et deux qui sont au Brésil.

Il y a beaucoup de gars expérimentés, avec pas mal de capes internationales, mais aucune star. On a une équipe de joueurs très techniques balle au pied et rugueux défensivement. C’est par contre tactiquement un peu moins fort qu’en Europe.

Comment s’est passé ton premier entrainement à La Paz?

J’ai tout de suite été dans le vif du sujet parce qu’on a commencé avec un match interne. C’était vraiment dur, après le premier sprint j’étais déjà mort. Du coup tu es un peu obligé de jouer en marchant. Mais comme je te disais ça va mieux de jour en jour. Je m’acclimate bien. J’arrive maintenant à enchainer plus de sprints et à mieux récupérer mon souffle.

Par contre là le coach a sorti la liste de l’équipe qui ira à Sao Paulo et je n’en fais pas partie. La Bolivie n’a jamais gagné au Brésil. Du coup on mise vraiment sur le match contre l’Argentine qu’on jouera à domicile. Les autres joueurs à être restés sont tous ceux qui jouent à l’étranger. Ça me frustre un peu parce que j’aurais vraiment eu envie d’aller au Brésil et d’être proche de toutes ces stars. Donc j’espère avoir quelques minutes contre l’Argentine.

Ce que je ne t’ai pas dit, c’est que le championnat bolivien est arrêté depuis le début de l’épidémie. Là ça fait 50 jours que les joueurs de la sélection qui évoluent dans le championnat local sont en confinement à l’hôtel, sans voir leur famille. Je pense que le match au Brésil est aussi un peu leur récompense. Contrairement à nous qui venons d’arriver de l’étranger.

(Le coach a depuis changé d’avis: Boris est du voyage au Brésil)

La Bolivie est toujours le petit poucet en Amérique du Sud. Quels sont les objectifs de la Sélection?

C’est sûr qu’il y a beaucoup de grosses nations. Après on a un grand avantage quand on joue à domicile à cause de l’altitude. C’est toujours très compliqué pour les autres équipes et c’est dans ces matchs qu’on compte vraiment faire des points.

On a toujours l’espoir de se qualifier pour une Coupe du Monde, mais on sait que ça sera très compliqué. La dernière fois que la Bolivie s’est qualifiée c’était en 1994. Ça serait une fête incroyable dans le pays si on y arrivait.

Est-ce que le foot y est aussi populaire que dans les autres pays du continent?

Dans les souvenirs que j’ai oui, c’est la même passion que partout ailleurs en Amérique du Sud. Les gens vivent pour le foot et c’est vraiment le sport national. Après malheureusement avec le confinement, on ne sort de l’hôtel que pour prendre le bus et aller s’entrainer. Je n’ai pas pu voir autre chose.

On va revenir sur le maillot grenat à présent. Est-ce que tu as vu la vidéo de présentation de Boubacar Fofana?

Oui, je l’ai vue sur les réseaux. Très stylée, avec le petit son de Daej. Franchement, tout le travail effectué par Maxime (Reymond, le « Social Media Producer » du club) est vraiment superbe. C’est lui qui a un peu amené tout ça depuis son arrivée, avec aussi la présentation du troisième maillot et les autres joueurs. Bravo à lui et à toute l’équipe communication.

Quel est ton avis sur nos recrues?

Je n’ai pas encore eu le temps de beaucoup voir Théo (Valls). Après Arial (Mendy) et Moussa (Diallo) sont vraiment de bons apports. Ils sont très forts et vont nous faire du bien sur les côtés. On en avait besoin. Il reste Fofana, que je n’ai pas encore vu.

Mais ils s’acclimatent bien et le groupe vit toujours aussi bien, malgré quelques départs importants de la vie du vestiaire. J’étais très proche de Michael Gonçalves par exemple et son départ m’a fait un peu bizarre.

Quelles sont tes attentes pour cette saison?

Au niveau de l’équipe j’espère qu’on fera au moins aussi bien que la saison passée. Je pense qu’on en a les capacités et on l’a vu. On a battu toutes les équipes à part Saint Gall. Et au niveau personnel c’est d’avoir en tout cas autant de minutes et de matchs joués que l’année dernière.

Tu es encore jeune et a de nombreuses années de foot devant toi, mais est-ce que tu penses parfois à l’après football?

J’y ai déjà vaguement réfléchi. Mais quand tu es au milieu de ta carrière je pense que, comme la plupart des joueurs, on essaie de ne pas trop y penser. Je ne saurai vraiment pas te dire dans quoi je voudrais me diriger. Je pourrais reprendre des études universitaires ou choisir de continuer dans le foot. Mais là je n’ai que 25 ans. Je dois clairement penser à ma carrière plutôt qu’à la suite.

Tu vas fêter tes 20 ans au club, que tu as rejoint à 6 ans. Et que tu n’as jamais quitté, hormis deux prêts d’un an à Carouge.

Il me semble que je suis le joueur l’équipe à avoir passé le plus d’années au club. C’est vraiment une grande fierté. Genève c’est ma ville, Servette c’est mon club de coeur. Depuis tout petit mon rêve était de jouer en première équipe. Et de pouvoir le faire maintenant en Super League c’est quelque chose d’incroyable. Ça représente beaucoup pour moi.

À choisir tu préférerais quoi: un titre de champion avec Servette ou une qualification en Coupe du Monde avec la Bolivie?

Je pense qu’une Coupe du Monde c’est quand même un autre niveau. Ça si tu le mets, les gens vont se dire que je ne suis pas fou du Servette! Mais la Coupe du Monde tu joues pour tout un pays que tu représentes. Se qualifier avec la Bolivie, tout ce que ça pourrait amener, ça serait vraiment quelque chose d’exceptionnel.

Tu te verrais faire toute ta carrière au club ou est-ce que tu aurais envie de découvrir autre chose?

Franchement, j’y ai déjà pensé et je me verrai bien faire tout ma carrière au club. Je suis bien ici.

Laisser un commentaire